Tel : 02.14.14.78.69 ou 06.67.28.32.40

C’est l’histoire d’une passion qui prend sa source dans le berceau familial

Le cuir par passion

Virginie fait partie de ces passionnés qui un jour ont sauté le pas pour vivre de leur art. Pendant un certain nombre d’années (on ne dira pas combien), elle aura tour à tour exercé plusieurs métiers dont celui de formatrice en sécurité routière. C’est en 2011, qu’elle se lance timidement, en cumulant tout d’abord sa carrière dans la fonction publique et son activité de maroquinière. Installée en Alsace, elle commence par la fabrication de petite maroquinerie comme le fameux porte-monnaie cartable qui a fait sa renommée, puis se lance dans le sac à main et ne s’arrête plus. Sa touche personnelle, c’est dans son imagination qu’il faut la chercher. Mariages de couleurs fantaisies, formes originales, grains de cuirs improbables, elle crée des articles de maroquinerie qu’on ne trouve pas ailleurs. Et c’est ce qui plait à ses premiers clients qui trouvent chez elle des modèles à la fois uniques, fabriqués à la main, dans des matériaux de qualité et résistants. C’est sur les marchés de Noël, si prisés de cette belle région, qu’elle commence par se faire connaître. Encouragée par un démarrage prometteur, elle quitte alors la fonction publique et l’Alsace pour revenir s’installer en Normandie !

Normandie, le retour aux sources

La Normandie, un retour aux sources dans tous les sens du terme car si elle est effectivement née dans notre belle région et y a vécu la première partie de sa vie. C’est aussi un retour vers la famille et un cheminement qui la ramène vers les racines de sa passion. En effet, depuis toute petite déjà, elle baignait dans l’odeur du cuir et de la colle. Et pour cause ! Son père était lui aussi maroquinier (mais aussi cordonnier et bottier). Elle a tout appris de lui en l’observant, en participant, en discutant, en s’embrouillant parfois… et oui, le travail en famille… Les effluves musqués du cuir n’étaient pas les seules odeurs dans la maison de son enfance, il y avait aussi celle plus légère de la créativité ! Sa maman adorait coudre et fabriquait des vêtements. Bref, vous l’aurez compris, Virginie a de qui tenir. Mais c’est toute seule (et encouragée par ses proches), qu’elle s’est inventée une vie de maroquinière… Arrivée dans la région de Carentan en 2011, elle y a ouvert une boutique qu’elle a tenue pendant quelques mois puis s’est installée dans une maison à Saint-Georges-de-Bohon. Et oui, le cuir ça prend de la place ! Depuis, elle n’arrête plus de fabriquer, de réparer, de créer, d’imaginer…

Un peu perdue à Saint-Georges-de-Bohon ?

Pas du tout ! Face au bocage verdoyant, entourée des chants d’oiseaux et des cris des canards, elle se sent inspirée et pour rien au monde ne retournerait en arrière. Les clients ? Ils savent où la trouver. Certains l’ont découverte lorsqu’elle avait son magasin à Carentan. Ils lui ont confié des réparations, acheté un porte-monnaie ou commandé un sac et savent toujours où la trouver. D’autres encore, ont fait sa connaissance sur un marché d’artisans, une manifestation liée à l’Art ou encore grâce aux Visites du Jeudi. Organisées par la chambre d’Artisanat de la Manche, elles permettent de découvrir les nombreux artisans passionnés de la région. Et puis, il y a aussi le site Internet qui lui a permis d’acquérir une clientèle un peu plus nationale. On commande sur son site depuis l’autre bout de la France. Et enfin, le bouche à oreille a fait le reste.

Pourquoi Cré-AT-cuir est devenu la Maroquinerie du Cotentin ?

Depuis longtemps ce changement de nom était dans l’air. Il était un peu risqué car les gens connaissent bien CréATcuir. Cependant, il le fallait. En effet, une autre société liée au cuir portait un nom un peu semblable et la confusion était fréquente, notamment sur Internet. Ensuite, CréATcuir, avouons le, c’est un peu difficile à prononcer et on oubliait souvent le « T ». Enfin, dernière raison et non des moindres : fortement attachée à cette terre natale qui vit naître un grand nombre de ses ancêtres depuis 1760, Virginie souhaitait y ancrer son appellation. Après de longues semaines de réflexion, le nom et le logo se sont imposés comme une évidence. CréATcuir était devenu la Maroquinerie du Cotentin.

 

Ancrée dans la terre, le regard tourné vers l’horizon au delà des mers…

Valeurs et avenir de la Maroquinerie du Cotentin

creatcuir devient maroquinerie cotentin

Avec un tel ancrage, la Maroquinerie du Cotentin ne pouvait que promouvoir l’artisanat local et la qualité française. Attachée à produire des articles de cuir de qualité, Virginie produit en petite quantité et souvent sur commande. Tout est fabriqué dans son atelier de Saint-Georges-de-Bohon exclusivement par ses soins, avec des outils pour la plupart transmis par son père. Bien sûr quelques appareils ont été rachetés mais c’est toujours sur une machine à coudre Singer des années 30, actionnée à la pédale, qu’elle coud sacs à main, porte-monnaie et autres portefeuilles ou effectue ses réparations. Artisan d’Art et fière de l’être son objectif n’est pas de devenir célèbre ou de s’agrandir à outrance. Son ambition ? Continuer d’imaginer et de créer des modèles en cuir car c’est ce qu’elle adore. Fabriquer elle-même ses articles en cuir et pouvoir tout simplement vivre de sa passion. Aussi compte-t-elle sur ses clients fidèles qui sont sa meilleure publicité et aussi sur vous qui êtes arrivé(e) sur ce site !